International 13.09.2013

Maaloula : « Je suis chrétien et, si vous voulez me tuer parce que je suis chrétien, faites-le ! »

Le dernier cri d’un des trois chrétiens tués par des islamistes après avoir refusé de se convertir à l’islam, à Maaloula « déjà terre de martyrs »

Fides / OPM
SHARES
COMMENTS
First one is free... so are the rest. Daily.



By submitting above you agree the Aleteia privacy policy
Like Aleteia

Fides / OPM
13.09.2013
© ANWAR AMRO / AFP

Pour les chrétiens syriens, Maaloula, le village chrétien,  au nord de Damas, attaqué au cours de ces derniers jours par des groupes islamistes, est déjà « terre de martyrs ».
 
Grâce à un témoin oculaire, une chrétienne actuellement hospitalisée à Damas qui a demandé à conserver l’anonymat pour raisons de sécurité, Fides a reconstruit dans le détail le sort des trois chrétiens tués à Maaloula. Leurs obsèques ont été célébrées le 10 septembre à Damas en la Cathédrale gréco-catholique dans le cadre d’une Messe présidée par le Patriarche melkite, S.B. Grégoire III Laham, et en présence d’évêques d’autres confessions.
 
D’après le récit de la femme, les groupes armés ont pénétré le 7 septembre dans de nombreuses maisons civiles, se livrant à des destructions et terrorisant les habitants, frappant toutes les images sacrées. Les islamistes ont intimé à tous les présents de se convertir à l’islam sous peine de mort. Sarkis a répondu avec clarté : « Je suis chrétien et, si vous voulez me tuer parce que je suis chrétien, faites-le ». Le jeune homme a été tué de sang froid ainsi que les deux autres hommes présents. La femme a été blessée et s’est sauvée par miracle, avant d’être conduite à l’hôpital, à Damas.
 
« La mort de Sarkis a constitué un véritable martyr, une mort in odium fidei » déclare à Fides Sœur Carmel, l’une des chrétiennes de Damas qui assistent les évacués de Maaloula.
 
Toujours selon des sources locales contactées par l’Agence Fides, ces derniers jours, des militaires sont entrés dans le village chrétien pour délogés les tireurs islamistes retranchés dans les maisons, mais la réduction des dernières poches de résistance à l’intérieur du village se révèle ardue, à cause de la structure même du centre habité, dont les maisons se trouvent sur la montagne.
 
Jusqu’ici épargné par les violences, Maaloula a été pris d’assaut mercredi 4 septembre par les rebelles islamistes qui ont ouvert le feu sur les maisons, détruit et endommagé églises et maisons, semant la terreur parmi les habitants dont la plupart ont pris la fuite. (cf. Aleteia )
 
Sous le titre « Massacre en direct à Maaloula en Syrie », le blog Investing’Action a publié d’autres détails sur ces attaques.  L’Observatoire de la Christianophobie en donne de larges extraits : http://www.christianophobie.fr/document/horreur-la-barbarie-islamiste-sinstalle-a-maaloula
 
 
I.C
 
 
sources: Fides / OPM

Pour les chrétiens syriens, Maaloula, le village chrétien,  au nord de Damas, attaqué au cours de ces derniers jours par des groupes islamistes, est déjà « terre de martyrs ».
 
Grâce à un témoin oculaire, une chrétienne actuellement hospitalisée à Damas qui a demandé à conserver l’anonymat pour raisons de sécurité, Fides a reconstruit dans le détail le sort des trois chrétiens tués à Maaloula. Leurs obsèques ont été célébrées le 10 septembre à Damas en la Cathédrale gréco-catholique dans le cadre d’une Messe présidée par le Patriarche melkite, S.B. Grégoire III Laham, et en présence d’évêques d’autres confessions.
 
D’après le récit de la femme, les groupes armés ont pénétré le 7 septembre dans de nombreuses maisons civiles, se livrant à des destructions et terrorisant les habitants, frappant toutes les images sacrées. Les islamistes ont intimé à tous les présents de se convertir à l’islam sous peine de mort. Sarkis a répondu avec clarté : « Je suis chrétien et, si vous voulez me tuer parce que je suis chrétien, faites-le ». Le jeune homme a été tué de sang froid ainsi que les deux autres hommes présents. La femme a été blessée et s’est sauvée par miracle, avant d’être conduite à l’hôpital, à Damas.
 
« La mort de Sarkis a constitué un véritable martyr, une mort in odium fidei » déclare à Fides Sœur Carmel, l’une des chrétiennes de Damas qui assistent les évacués de Maaloula.
 
Toujours selon des sources locales contactées par l’Agence Fides, ces derniers jours, des militaires sont entrés dans le village chrétien pour délogés les tireurs islamistes retranchés dans les maisons, mais la réduction des dernières poches de résistance à l’intérieur du village se révèle ardue, à cause de la structure même du centre habité, dont les maisons se trouvent sur la montagne.
 
Jusqu’ici épargné par les violences, Maaloula a été pris d’assaut mercredi 4 septembre par les rebelles islamistes qui ont ouvert le feu sur les maisons, détruit et endommagé églises et maisons, semant la terreur parmi les habitants dont la plupart ont pris la fuite. (cf. Aleteia )
 
Sous le titre « Massacre en direct à Maaloula en Syrie », le blog Investing’Action a publié d’autres détails sur ces attaques.  L’Observatoire de la Christianophobie en donne de larges extraits : http://www.christianophobie.fr/document/horreur-la-barbarie-islamiste-sinstalle-a-maaloula
 
 
I.C
 
 
Notation article
Les pépites du jour
Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter



Commentaires
Devenez partenaire