Economie 17.05.2013

Le pape François fustige la « dictature de l’économie» et la « tyrannie des marchés »

Dans son premier discours social, d’une rare vigueur, le Saint-Père appelle les Etats à remettre la politique économique au service de l’homme.

Isabelle Cousturié
SHARES
COMMENTS
First one is free... so are the rest. Daily.



By submitting above you agree the Aleteia privacy policy
Like Aleteia

Isabelle Cousturié
17.05.2013
@DR



« Non à une dictature de l’économie, non à la tyrannie des marchés ! … L’argent doit servir, il ne doit pas gouverner ! » a déclaré le pape François en recevant, jeudi 16 mai, les nouveaux ambassadeurs du Kirghizstan, d’Antigua-et-Barbuda, du Grand-duché du Luxembourg, et du Botswana accrédités près le Saint-Siège.
 
Dans son premier discours social, le pape se montre très critique à l’égard des Etats quant à leur manière de gérer les finances du monde,  et ouvertement inquiet devant l’aggravation de la situation de millions de personnes sur la planète, il dénonce l’impitoyable « culte de l’argent » et la « dictature de l’économie ».
 
« … La plupart des hommes et des femmes de notre temps continuent de vivre dans une précarité quotidienne aux conséquences funestes », dénonce-t-il en dressant un triste tableau de toutes les  graves « pathologies » dont souffre aujourd’hui l’humanité, dans les pays riches comme dans les pays pauvres, et qui semble marquer « un tournant dans son histoire » :
 
« La peur et la désespérance saisissent les cœurs de nombreuses personnes ; la joie de vivre s’amenuise ; l’indécence et la violence prennent de l’ampleur ; et la pauvreté devient plus criante. Il faut lutter pour vivre, et pour vivre souvent indignement  », déplore-t-il avant de dénoncer les deux causes principales de cette situation : « le rapport que nous entretenons avec l’argent » et le fait que l’homme et la société « accepte » d’être sous son emprise.
 
Mais pour le pape François, le point de départ de la crise financière s’inscrit dans une « profonde crise anthropologique », dans « la négation du primat de l’homme » : « L’homme s’est  créé de nouvelles idoles (…)  L’adoration de l’antique veau d’or a trouvé un visage nouveau et impitoyable dans le fétichisme de l’argent, et dans la dictature de l’économie sans visage, ni but vraiment humain ».
 
La crise économique mondiale est révélatrice à ses yeux de graves déformations et déficiences au niveau de la conception même de l’Homme, de sa nature, le réduisant à une seule de ses nécessités : la consommation. Pire encore, dit le pape, « l’être humain est considéré aujourd’hui comme étant lui-même un bien de consommation qu’on peut utiliser, puis jeter. ».
 
Dans un tel contexte,  la solidarité considérée comme « le trésor du pauvre », a-t-il souligné,  est mise à mal, «  considérée comme contre-productive, contraire à la rationalité financière et économique », et se crée alors un grave déséquilibre : « Alors que le revenu d’une minorité s’accroît de manière exponentielle, celui de la majorité s’affaiblit ».
 
Ce déséquilibre, explique le pape François, provient « d’idéologies promotrices de l’autonomie absolue des marchés et de la spéculation financière, niant ainsi le droit de contrôle aux États chargés pourtant de pourvoir au bien commun », et permettant à une « nouvelle tyrannie invisible, parfois virtuelle » de s’installer, d’imposer « unilatéralement et sans recours possible » ses lois et ses règles.
 
Contre cette volonté de puissance et de possession devenue « sans limites », le pape François invite les Etats à réaliser une « réforme financière qui soit éthique et qui entraînerait à son tour une réforme économique salutaire pour tous ». 
 
Car derrière cette attitude, c’est bien d’éthique qu’il est question. Tout comme la solidarité, celle-ci « dérange ! », ajoute le Pape, car elle est considérée « comme contre-productive, comme trop humaine » dans sa façon de relativiser l’argent et le pouvoir, « comme une menace » dans son refus de manipuler et assujettir la personne, et parce qu’ « elle conduit vers Dieu qui, lui, se situe en-dehors des catégories du marché ».
 
Le pape François, après avoir rappelé aux ambassadeurs que « le pape aime tout le monde, les riches comme les pauvres », mais qu’il a «  le devoir, au nom du Christ, de rappeler au riche qu’il doit aider le pauvre, le respecter, le promouvoir », renvoie « maitres financiers et gouvernants » aux saintes paroles  de Jean Chrysostome : « Ne pas faire participer les pauvres à ses propres biens, c’est les voler et leur enlever la vie. Ce ne sont pas nos biens que nous détenons, mais les leurs ».



 

${videoparams.title}

${videoparams.player}
${videoparams.title}



« Non à une dictature de l’économie, non à la tyrannie des marchés ! … L’argent doit servir, il ne doit pas gouverner ! » a déclaré le pape François en recevant, jeudi 16 mai, les nouveaux ambassadeurs du Kirghizstan, d’Antigua-et-Barbuda, du Grand-duché du Luxembourg, et du Botswana accrédités près le Saint-Siège.
 
Dans son premier discours social, le pape se montre très critique à l’égard des Etats quant à leur manière de gérer les finances du monde,  et ouvertement inquiet devant l’aggravation de la situation de millions de personnes sur la planète, il dénonce l’impitoyable « culte de l’argent » et la « dictature de l’économie ».
 
« … La plupart des hommes et des femmes de notre temps continuent de vivre dans une précarité quotidienne aux conséquences funestes », dénonce-t-il en dressant un triste tableau de toutes les  graves « pathologies » dont souffre aujourd’hui l’humanité, dans les pays riches comme dans les pays pauvres, et qui semble marquer « un tournant dans son histoire » :
 
« La peur et la désespérance saisissent les cœurs de nombreuses personnes ; la joie de vivre s’amenuise ; l’indécence et la violence prennent de l’ampleur ; et la pauvreté devient plus criante. Il faut lutter pour vivre, et pour vivre souvent indignement  », déplore-t-il avant de dénoncer les deux causes principales de cette situation : « le rapport que nous entretenons avec l’argent » et le fait que l’homme et la société « accepte » d’être sous son emprise.
 
Mais pour le pape François, le point de départ de la crise financière s’inscrit dans une « profonde crise anthropologique », dans « la négation du primat de l’homme » : « L’homme s’est  créé de nouvelles idoles (…)  L’adoration de l’antique veau d’or a trouvé un visage nouveau et impitoyable dans le fétichisme de l’argent, et dans la dictature de l’économie sans visage, ni but vraiment humain ».
 
La crise économique mondiale est révélatrice à ses yeux de graves déformations et déficiences au niveau de la conception même de l’Homme, de sa nature, le réduisant à une seule de ses nécessités : la consommation. Pire encore, dit le pape, « l’être humain est considéré aujourd’hui comme étant lui-même un bien de consommation qu’on peut utiliser, puis jeter. ».
 
Dans un tel contexte,  la solidarité considérée comme « le trésor du pauvre », a-t-il souligné,  est mise à mal, «  considérée comme contre-productive, contraire à la rationalité financière et économique », et se crée alors un grave déséquilibre : « Alors que le revenu d’une minorité s’accroît de manière exponentielle, celui de la majorité s’affaiblit ».
 
Ce déséquilibre, explique le pape François, provient « d’idéologies promotrices de l’autonomie absolue des marchés et de la spéculation financière, niant ainsi le droit de contrôle aux États chargés pourtant de pourvoir au bien commun », et permettant à une « nouvelle tyrannie invisible, parfois virtuelle » de s’installer, d’imposer « unilatéralement et sans recours possible » ses lois et ses règles.
 
Contre cette volonté de puissance et de possession devenue « sans limites », le pape François invite les Etats à réaliser une « réforme financière qui soit éthique et qui entraînerait à son tour une réforme économique salutaire pour tous ». 
 
Car derrière cette attitude, c’est bien d’éthique qu’il est question. Tout comme la solidarité, celle-ci « dérange ! », ajoute le Pape, car elle est considérée « comme contre-productive, comme trop humaine » dans sa façon de relativiser l’argent et le pouvoir, « comme une menace » dans son refus de manipuler et assujettir la personne, et parce qu’ « elle conduit vers Dieu qui, lui, se situe en-dehors des catégories du marché ».
 
Le pape François, après avoir rappelé aux ambassadeurs que « le pape aime tout le monde, les riches comme les pauvres », mais qu’il a «  le devoir, au nom du Christ, de rappeler au riche qu’il doit aider le pauvre, le respecter, le promouvoir », renvoie « maitres financiers et gouvernants » aux saintes paroles  de Jean Chrysostome : « Ne pas faire participer les pauvres à ses propres biens, c’est les voler et leur enlever la vie. Ce ne sont pas nos biens que nous détenons, mais les leurs ».



 
Notation article
Les pépites du jour
Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter



Commentaires
; ;
Devenez partenaire